Tourisme

Porto, Cidade Invicta.

PORTO.

Porto, Portugal. La route du Porto

Les musiques , quand elles sont présentes, sont là à titre d’exemple. Vous pouvez les arrêter quand bon vous semble.
 Vous pouvez à tout moment accéder à des vues différentes de la pièce visitée en effectuant un clic droit sur n’importe quelle partie de la pièce. En promenant votre pointeur, vous remarquerez des “hotspots” de formes ou de couleurs différentes. Ces “hotspots” vous indiqueront fenêtres contenant des vidéos ou des photos… des renseignements sur l’artiste ou sur l’oeuvre ou l’endroit.
Il suffit de cliquer à nouveau dessus pour les refermer. Certains de ces “hotspots”  vous permettront de passer d’une pièce, ou d’un site, à l’autre. Une pile de miniatures se trouve à en bas à gauche de votre écran, vous permettant également de passer d’un endroit à un autre. Les visites virtuelles, qui sont optimisées pour les navigateurs Safari, Chrome et Firefox,  sont supportées par les systèmes Apple, Linux et Windows, mais également par l’iPhone 4, l’iPad 2 et certains Blackberry.
 Vous trouverez les liens vous y menant ci-dessous. Bonne promenade.

 Au cours de cette visite, vous pourrez voir les rives du Douro depuis Vila Nova de Gaia mais également 2 églises particulières:

l’igreja de Santa Clara et l’igreja do Carmo

Porto, PortugalPorto s’enorgueillit de 2000 ans d’histoire.
Étant à l’origine même de son nom, elle est donc étroitement liée à la fondation de la nation portugaise.
Déclarée Patrimoine Mondial par l’UNESCO en 1996, cette ville est bien connue pour l’hospitalité chaleureuse et naturelle de ses habitants, ses paysages magnifiques, tout particulièrement le long du fleuve Douro, où pousse le raisin utilisé pour faire le fameux Porto.

C’est la deuxième plus grande ville du pays.
Elle a été la Capitale Européenne de la Culture en 2001 et a aussi été l’une des principales villes à accueillir l’Euro 2004.

Gustave Eiffel construisit 5 ponts dans le nord du Portugal, dont le célèbre Ponte Maria Pia, à Porto.
On lui attribue d’ailleurs souvent à tort le Ponte Dom Luis, construit par l’un de ses amis et disciples Théophile Seyrig.

Porto à de nombreux surnoms.
Parmi les plus connus il y a “a Cidade Invicta” (« la ville invaincue ») mais c’est surtout “Capital do Norte” (“capitale du Nord”) qui est le plus utilisé.
Auparavant, Porto était la capitale du “Condado Portucalense” ou “Portucale”.
La ville, qui est née au bord du fleuve où se situe aujourd’hui le quartier de “Miragaia”, serait antérieure à l’occupation romaine.
Le site d’origine, nommé “Portus”, était le port de “Cale”, le village situé en face sur la rive gauche où arrivaient ceux qui venaient du Sud et voulaient traverser le fleuve afin de continuer leur périple vers le Nord.
Au fil du temps, le village de la rive droite fut connu sous le nom de “Portus de Cale” et se développa très rapidement.
Plus tard, les Romains s’installèrent sur la colline où se trouve aujourd’hui la cathédrale.
Puis ce sont les Suèves qui arrivèrent en 417 et construisirent les premiers remparts de la ville.
En 716 vint le tour des Maures,.
Puis, en 858, elle fut complètement saccagée et pillée par le Viking Hasting.
Enfin, en 868, démarra la conquête chrétienne…
Porto devint la ville la plus importante du comté et prit le nom de “Portucalense”.
En 1143 on attribua le nom «Portugal» au nouveau royaume indépendant de la Péninsule puis encore plus tard au pays tout entier.
En 1120, la ville fut donnée à l’évêque D.Hugo et à ses successeurs. La cité étant à ce moment très prospère, cela créa de graves problèmes avec les rois.

On affuble très souvent les Portuenses du surnom “Tripeiros” (mangeurs de tripes)
Cela date de la conquête de Ceuta, en Afrique du Nord.
 Le roi demanda aux gens de la ville de donner tout ce qu’ils pouvaient pour les marins-soldats qui partaient pour l’Afrique et ils donnèrent toute leur nourriture, ne gardant pour eux-mêmes que les tripes.
Du coup les ” tripas a moda do Porto” sont devenues l’une des spécialités gastronomiques de la ville.

Ponte Dom Luis, Porto. Portugal

Porto est également connue pour être la “Cité des Ponts”.
On en dénombre pas moins de 6:
– Ponte de Maria Pia. Inauguré en 1877, il fait 354 m de long et c’était un pont ferroviaire. Il est maintenant fermé.
– Ponte Dom Luis, construit en 1886. Il mesure 172 m de long.
– Ponte da Arrabida, inauguré en 1963. Pont routier de 270 m de long, construit par un architecte portugais.
– Ponte de S.João, pont ferroviaire construit en 1992 pour remplacer le Pont de G.Eiffel, le Maria Pia.
– Ponte do Freixo, pont routier inauguré en 1995.
– Ponte Infante D.Henrique inauguré en 2003.


Scooter, Porto. Portugal

Porto, Portugal

Quelques mots sur l’igreja Santa Clara: fondée en 1416 et améliorée aux 17ème et 18ème siècles. Son intérieur étant complètement recouvert de feuilles d’or dans les moindres recoins, Santa Clara est plus connue sous l’appellation «église d’or».
En 1758, on écrivait qu’elle était la plus parfaite et la plus soignée du royaume.
Elle est incontestablement l’une des plus décorée de la ville.
Cette église est un très bon exemple de l’abondance de décorations qui règne dans la plupart des monuments de Porto. Des motifs décoratifs souvent liés à la marine viennent s’ajouter à une architecture antérieure au style résolument manuélien** de l’édifice.

Quelques mots sur l’igreja do Carmo: elle est en réalité formée de 2 églises, Carmo et Carmelidas. Les deux églises sont séparées par une maison d’1 m de large, construite en vertu d’une loi qui interdisait la mitoyenneté entre deux églises, et afin d’assurer la chasteté entre les moines de Carmo et les religieuses Carmelites. 
L’église de Carmo fut érigée au 18ème siècle, en style baroque décadent, elle possède une façade richement décorée et des sculptures sur bois doré à l’intérieur. A l’extérieur une façade latérale est complètement recouverte de panneaux d’azulejos en blanc et bleu. A gauche se trouve l’église des Carmelidas, qui faisait autrefois partie d’un couvent, avec une façade classique simple, un clocher, et un intérieur richement doré.

Ces deux églises baroques sont construites côte à côte. L’église do Carmo est décorée à l’extérieur d’un grand panneau d’azulejos représentant la prise de voile des carmélites.

**Ce courant qui se développa au Portugal à la fin du XVe siècle, sous le règne du roi Manuel Ier dit Manuel le Fortuné.

Retrouvez nos dernières réalisations en cliquant sur ce texte.

Be Sociable, Share!

Post to Twitter